Auteur, journaliste, autoentrepreneur...

Ma photo
Auteur par envie, journaliste par vocation, autoentrepreneur par nécessité...

Pré-premier jet

Le syndrome de la page blanche, c’est un problème assez facile à résoudre. Mais cela ne conduit pas forcément à écrire ce que l’on souhaite. Voici un petit exercice d’écriture qui m’aide bien quand “je pars dans le décor” ou que je sens qu’une scène manque de profondeur.
Je prends une nouvelle page, et je commence par réfléchir à ce que je voudrais écrire - par écrit ! C’est un “pré-premier jet” qui pose le but de la scène et ses éléments, mais dans un style totalement libre. Cela m’aide aussi à me rappeler que j’écris pour mes lecteurs. Je peux vous parler directement, et ainsi ne pas oublier le sens et le but de mon travail.
Si par exemple je n’arrive pas à rendre vivant un dialogue, ou qu’une description est plate et sans vie, je vais écrire quelque chose comme :
“Bonjour mes chers lecteurs, aujourd’hui j’ai envie de vous décrire cette très jolie église où mon héros vient chercher un moment de calme. J’ai un peu de mal à rendre efficacement le mélange entre la sobriété du lieu - ni vitraux chatoyants, peu de couleurs, peu de tableaux… - et “l’efficacité méditative” de la construction romane, de la haute nef et des simples bancs de bois”.
Et ainsi de suite. Au fil de ma rédaction, les mots qui me manquaient en mode rédigé vont apparaître. Je vais les souligner en rouge, puis les reprendre dans la rédaction proprement dite. Une seule “séance” ne suffit pas toujours, mais au bout de deux ou trois de ces reformulations libres, j’arrive en général à transmettre ce que je voulais à l’origine.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire