Auteur, journaliste, autoentrepreneur...

Ma photo
Auteur par envie, journaliste par vocation, autoentrepreneur par nécessité...

Les outils gratuits pour les auteurs (4)

Quatre (autres) outils gratuits pour nous aider à écrire

Aujourd’hui un pavé un peu plus conséquent, pour parler de quatre outils qui vont se révéler très utiles à tous ceux qui ont besoin de rédiger plus de quelques lignes de texte. Ces quatre programmes sont bien sûr totalement gratuits !
Au programme :
Noteliner et UV Outliner sont deux gestionnaires d’arborescences, qui servent à organiser vos idées. Ils peuvent contenir du texte (vous pouvez parfaitement envisager d’écrire un livre entièrement avec ces outils) mais ce n’est pas leur usage naturel. Ils me servent à construire et tester des prototypes de la structure de mes livres. Je place les chapitres, les sous-chapitres, les concepts, et je glisse-déplace tout ça dans tous les sens, jusqu’à ce que j’en sois satisfait. Noteliner est plus puissant et plus complexe, UV Outliner plus simple mais plus limité. Vous choisirez en fonction de vos préférences, de vos habitudes et de votre maîtrise de l’outil informatique.
Treesheets est un logiciel tout à fait à part, qui sert à stocker des données “dans” les données, et d’autres encore dans ces dernières, et ainsi de suite. Il sert aussi à mettre en évidence ce qui est le plus important, et peut n’affiche que ce sur quoi on est en train de travailler. Cela a l’air un peu confus ? Normal, il n’y a pas d’équivallent, si ce n’est l’antique FrameWork d’Aston Tate, mais cela date d’une autre époque. C’est en pratique bien plus simple qu’il n’y parait, comme on va le voir dans un instant.
Timeline, enfin, est un outil de création et de manipulation de lignes de temps. C’est un logiciel libre qui évolue lentement mais sûrement. Un outil très simple à utiliser, mais aussi très efficace pour suivre visuellement l’évolution des situations et des personnages dans vos romans. Indispensable pour tout ce qui est historique, mais pas seulement !

Noteliner

Je vous ai parlé (ou pas encore ?) de Keynote NF, qui est un gestionnaire de notes arborescentes. Noteliner peut servir au même usage, mais il est plus particulièrement centré sur l’arbre lui-même. La meilleure façon de le découvrir est de passer par l’aide intégrée, qui ouvre un fichier Noteliner de démonstration largement commenté (en anglais malheureusement).

Toutes les commandes et bon nombre d’astuces et de raccourcis sont abondamment commentés et explicités. Cela n’est pas superflu, car les fonctions sont nombreuses et originales.
À gauche de la fenêtre principale, vous pouvez demander l’affichage d’un panneau présentant l’arborescence. Pour cela, faites Document -> Navigation Pane.

UV Outliner


UV Outliner est assez semblable à Noteliner - juste plus simple à apprivoiser. Il est aussi moins puissant et moins complet, mais se révèle suffisant pour la plupart des usages. Je le trouve moins agréable, mais n’hésitez pas à tester les deux, ils sont légers, portables et gratuits. Vous vous ferez ainsi votre propre avis.

Treesheets

Je vais essayer de vous expliquer ce qu’est Treesheets par la pratique, car comme vous allez le voir il n’est vraiment pas facile à conceptualiser. Ne vous en effrayez pas : il est aussi simple à utiliser que complexe à décrire !
L’aide est ici aussi un fichier spécial. Une documentation complète est aussi disponible sur le site de l’auteur, mais la pratique est bien plus efficace !
Lorsque vous créez un nouveau ficher dans Treesheets, il vous est demandé de définir le nombre de cases à générer initialement. Une ou deux sont largement suffisantes, comme nous allons le voir. Choisissons 2. Vous voyez la fenêtre du programme, un fond grisé et deux carrés blancs contigus. Pas très sexy. Cliquez l’une des cases et tapez un peu de texte. La case grandit pour s’adapter. Cliquez dans l’autre case, encore un peu de texte - même effet.
Maintenant, utilisez les flèches du clavier : vous quittez la case en cours, et vous pouvez promener la surbrillance sur les bords des cases. Placez la surbrillance en dessous d’une des cases déjà remplies, et tapez un peu de texte. Deux nouvelles cases sont créées en dessous de celles existant déjà, et vous êtes en train de remplir la première des deux.
Tout cela ressemble pas mal à une sorte de tableur qui serait dédié au texte. Mais l’on ne va pas s’arrêter en si bon chemin, il y a bien d’autres choses à voir.
Sélectionnez une case et utilisez la touche [Inser.]. Une case vide apparait à l’intérieur de la case. Elle fonctionne exactement comme la précédente - vous pouvez y taper du texte, en modifier les attributs, et surtout créer un autre tableau à l’intérieur, et ainsi de suite !
Évidemment, abuser de cette fonctionnalité peut rapidement amener votre tableau à être complètement ingérable. Pour vous aider à vous y retrouver, Treesheets dispose heureusement de fort pratiques outils de mise en évidence des informations les plus importantes.
  • Sélectionnez une case contenant un ou plusieurs tableaux, et faites Ctrl+molette de la souris. La zone sélectionnée est maintenant seule affichée à l’écran ! Ctrl+molette dans l’autre sens et hop, vous retrouvez l’affichage normal !
  • Avec Alt+molette, vous réglez la largeur des colonnes.
  • Maj+Molette, enfin, modifie la taille de la police de la case sélectionnée. Cela marche dans les deux sens, et vous pouvez ainsi grossir un texte pour qu’il ressorte mieux, ou au contraire le réduire à presque rien. C’est un bon moyen de “mettre de côté” un texte ou des références pour un usage ultérieur.
  • F10 réduit toute la case en cours à son titre, affublé dès lors d’un gros “+”
  • F9 enfin transforme la sélection en cours en un tableau “à l’intérieur de”. Cela crée en fait une case à l’extérieur de (et contenant) la sélection. Très utile pour décomposer des informations que l’on découvre trop riches.
Treesheets offre bien d’autres fonctions et usages, et je ne peux que vous recommander d’explorer le fichier didacticiel accessible par F1. C’est un outil assez étrange, pas évident à domestiquer, mais très puissant et particulièrement bien adapté au stockage puis au découpage d’informations complexes, pour un roman historique par exemple. Je l’utilise pour organiser et enrichir progressivement mes sujets de romans et d’autres livres, mais aussi pour conserver et organiser des courriers ou diverses autres informations.
Ah, dernier point : plusieurs fichiers peuvent être ouverts en même temps, qui prennent place dans autant d’onglets. Si vous cocher Options -> Autoreload documents, tous ces fichiers seront rouverts automatiquement. Notez enfin que l’on ferme le programme avec la combinaison Ctrl+Q.

Timeline

Et pour finir, un dernier outil tout à fait indispensable, que j’ai découvert récemment et que je n’arrête plus d’utiliser : Timeline. Comme son nom l’indique, il s’agit d’un gestionnaire de lignes de temps. Il est libre, il est gratuit, il est simple et il est relativement puissant, que demander de plus ? Le principe est immédiat : vous placez sur une chronologie des dates et des périodes, vous les nommez, les colorez et leur associez des icônes à loisir. Vous visualisez ainsi très efficacement les situations, actions, flashbacks… Très utile pour éviter les inconsistances dans vos histoires !
 

Juste une petite astuce : la molette de la souris sert à plein de choses ici. Toute seule, elle fait défiler le temps dans un sens ou dans l’autre. Associée à [Maj.] elle fait monter et descendre les lignes de temps sur la page. Avec [Control] elle zoom sur le temps : vous pouvez ainsi passer d’une vue multimillénaire à une vue heure par heure ! Avec [Alt] enfin elle grossit ou réduit les barres et boutons de dates.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire